☆☆☆ VENTE DE FIN DE SAISON: Économisez 18 % - dans la limite des stocks disponibles ! ☆☆☆

  • 11 min lu

En 2021, nous avons pu soutenir l'aventurier Ivan Vaquera Ureta sur l'un de ses défis les plus difficiles à ce jour. Vaquera Ureta s'était fixé comme objectif le Swiss SUP Eco Challenge. Lors de ce challenge, tous les grands lacs de Suisse sont traversés en SUP et le transport d'un lac à l'autre ne peut se faire que de manière écologique. Dans cet article, vous découvrirez qui est Ivan Vaquera Ureta, comment lui est venue l'idée d'un tel voyage et s'il parviendra à traverser les cinq grands lacs de Suisse.


Qui est Ivan Vaquera Ureta ?

La Suisse compte une multitude de lacs et de paysages à couper le souffle. Des petits lacs alpins aux très grandes étendues d'eau comme le lac Majeur, le lac Léman ou le lac de Constance, pour n'en citer que quelques-uns. Je suis originaire de Bilbao, au Pays basque, situé au nord de l'Espagne, et comme je vis au bord de la mer, j'ai toujours été attiré par celle-ci et son énergie. Mais malgré cette proximité avec la mer, je n'ai jamais appris à surfer. En 2002, j'ai déménagé à Lima, au Pérou. Je vivais à Miraflores, au bord de l'océan Pacifique, et ce n'était qu'une question de temps avant que je ne démarre le surf. C'est donc là-bas que j'ai commencé à me familiariser avec la mer et les vagues.

Après avoir vécu 4 ans au Pérou, j'ai déménagé en Suisse et au lieu d'un océan, j'avais un lac près de chez moi. Dans les années 2006-2007, le SUP n'était pas encore connu ici. En 2010, j'ai découvert qu'un Français du nom de Yann Hamonick avait ouvert un magasin de location de SUP à Lugano et je lui ai rendu visite à deux reprises. Ce sport m'a fasciné depuis que j'ai commencé à frapper l'eau avec ma pagaie. J'ai ensuite déménagé à Genève où j'ai continué à pagayer sur de lourdes planches en plastique. Quelques années plus tard, j'ai déménagé au sultanat d'Oman et j'ai continué à ramer sur l'océan Indien. Après un an là-bas, je suis revenu en Suisse en 2014, plus précisément à Minusio, une petite ville au bord du lac Majeur, et depuis, tout y est en plein essor.

Comment Ivan s'est-il mis au paddle ?

Je pagaie toute l'année, environ 4 à 5 jours par semaine, et je trouve que le stand up paddle est l'un des sports les plus complets et les moins traumatisants que j'ai pratiqués jusqu'à présent. Avant, je pratiquais beaucoup l'escalade sur rocher, le patinage de montagne et le patinage de vitesse en compétition, et je me blessais souvent. Dans ce cas, le SUP me permet de pagayer et de m'entraîner à un haut niveau sans avoir à me soucier des blessures.

Comme beaucoup d'autres, j'ai commencé avec des planches gonflables 12,6/30, mais je voulais plus de vitesse et de puissance. J'ai donc acheté mes premières planches rigides un peu par hasard, jusqu'à ce que je découvre Sunova. Au cours des premières années, j'ai parcouru des distances de plus en plus longues. J'ai appris et affiné la technique et la connaissance de la bonne lecture des lacs. Dans les Alpes, les conditions météorologiques et les vents changent rapidement. En une seule session, on peut être confronté à différentes directions de vent et rafales.

Fahrradanhänger für Angler und den Strand

 

Une idée audacieuse

Je me souviens être monté en Italie pour un cappuccino et avoir parcouru jusqu'à 35 km en bateau gonflable sur le chemin du retour. Ces expériences en solo ont pris de l'ampleur et en 2016, je me suis envolé pour l'Écosse afin de réaliser la traversée du Loch Ness. J'ai décollé de Fort Augustus en direction du nord avec l'intention d'arriver à Lochend. Le vent ascendant et le courant étaient si forts que j'ai réussi à pagayer jusqu'à Drumnadrochit. Là, je me suis arrêté et j'ai rangé ma planche. Ma première aventure internationale en solo a été un échec de ce point de vue, mais j'ai appris des choses ! Ma deuxième "grande" aventure a été la traversée du lac Majeur. 55 km entre la Suisse et l'Italie. Je l'ai faite avec une planche gonflable de 14 pieds. Je suis parti en pleine nuit, à 3 heures du matin, et les trois premières heures seul dans le noir ont été assez amusantes. Le vent s'est levé et j'ai "surfé" sur l'eau noire. C'était assez fatigant. J'ai dû m'arrêter plusieurs fois et j'ai fini par faire la traversée en une dizaine d'heures. Lors de ma deuxième tentative, j'ai réussi la traversée en 8 heures. La dernière fois, cette année (2021), en 6 heures avec une moyenne de près de 9 km/h... on apprend.

Il y a deux ans, j'avais en tête le Swiss SUP eco-challenge. Je voulais traverser tous les grands lacs avec une planche gonflable et faire la navette de lac en lac par des moyens écologiques (train ou bus). Une aventure folle qui n'avait encore jamais eu lieu. La première année, j'ai abandonné l'idée à cause de Covid. 2021 devait donc être l'année. Je savais que ce serait un voyage compliqué sur le plan logistique, j'avais donc besoin d'un bon équipement et de 6 ou 7 jours de congé. Au printemps, j'ai commencé à contacter des sponsors pour me soutenir. J'ai décidé de me tourner vers reacha, car j'avais besoin d'une remorque légère et fiable pour transporter toutes mes affaires. Merci à Michaela, qui m'a fait confiance dès le premier instant !

En juin, j'ai décidé que ma tentative commencerait la troisième semaine de juillet. Après des semaines de pluie et d'inondations, le temps s'annonçait meilleur et c'était à mon tour de commencer comme prévu !

Le Swiss SUP Eco Challenge

1er jour : le lac Majeur

Le premier jour comprenait la traversée partielle du lac Majeur. Le projet global prévoyait de ne traverser que les sections suisses de tous les grands lacs. C'est pourquoi le départ a été donné à Brissago, où je suis arrivé en voiture. J'ai gonflé la planche et mis tout mon équipement sur le dessus. Ce premier tronçon était long de 12 km, mais j'ai eu un vent de face épuisant tout au long de la course. Les rafales de vent atteignent parfois 60 km/h. Dans des conditions normales, j'aurais parcouru cette distance avec tout mon poids en près de deux heures. Cette fois, j'ai réussi à le faire en 4 heures de pagaie non-stop. Je suis arrivé au Lido de Locarno, j'ai mis tout mon équipement dans ma reacha SPORT et j'ai marché 3 kilomètres jusqu'à la maison, où j'ai dormi.

2e jour : le lac de Constance

Je me suis réveillé tôt le matin et j'ai pris le train de Locarno à Kreuzlingen. Près de 280 km et 4 heures de train. C'était tellement amusant de monter dans le train avec mes bagages encombrants.

Tout mon équipement pesait environ 25 kilos, si l'on comptait l'eau et la nourriture que je devais emporter. Dans les trains, je mettais toujours tout dans le compartiment avec les autres vélos, mais la remorque reacha était si "petite" que je ne devais pas payer de billet supplémentaire !

Fahrradanhänger von reacha auf dem See mit SUP

Pendant les trajets en train, je buvais, mangeais et me reposais autant que possible. Je suis arrivé à Kreuzlingen et je suis descendu jusqu'au lac. J'ai rassemblé mes affaires et j'ai commencé à pagayer vers 12 heures. Les conditions sur le lac étaient très bonnes et j'ai parcouru 26 km jusqu'à Arbon, où j'ai passé la nuit. Lors de cette deuxième étape, j'étais tout à fait conscient de la distance et du poids important sur l'eau, mais dès que la planche a été mise à l'eau, j'ai pu atteindre une vitesse constante de 6,3 à 6,5 km/h. Je n'ai pas eu de problème pour me déplacer. L'emballage et le transport de tout ce qui se trouve sur la reacha SPORT ont été déterminants lors de ce voyage. Cette deuxième étape m'a montré que la logistique était la partie la plus importante de mon voyage, le fossé entre le succès et l'échec. Une heure avant d'arriver à destination, j'ai vérifié mon téléphone pour réserver un hôtel. Cette démarche de dernière minute s'est avérée être la bonne d'un point de vue logistique et m'a donné suffisamment de marge de manœuvre pour planifier en fonction du contexte.

3e jour : le lac de Zurich

Chaque jour, avant de commencer ma journée, j'ai vérifié plusieurs fois la direction du vent pour m'assurer que je ne pagayais pas avec un vent de face. Cela a bien fonctionné sur le lac de Constance. Pour le lac de Zurich, j'ai fait de même et j'ai donc pris le train d'Arbon à Zurich au lieu de Schmerikon. Je suis arrivé à la gare vers 10 heures, après avoir parcouru 100 km, et j'ai rejoint le lac à pied.

J'ai rassemblé mon matériel et j'ai commencé ma tentative. 36 km supplémentaires m'attendaient. Une légère brise me poussait tout le temps. Je me suis arrêté une fois pour manger et boire. En arrivant à Rapperswil, j'étais sûr d'arriver à bon port à Schmerikon. Une fois à Schmerikon, j'ai remonté la montagne pour atteindre une superbe aire de repos : Frohe Aussicht à Uznach.

Fahrradanhänger für Angler und den Strand

 

4e jour : le lac de Lucerne.

J'ai couru en descente avec toutes mes affaires emballées dans la reacha SPORT, mais je n'étais pas assez rapide pour attraper le prochain train. J'ai perdu près d'une heure avant d'attraper le train suivant de Schmerikon en direction de Lucerne. Après avoir parcouru 80 km en train et changé deux fois de train, je suis arrivée à midi. Je suis allé de la gare au Musée des transports, où j'ai mis mon équipement à l'eau et commencé à pagayer sur le lac des Quatre-Cantons. Ce jour-là, j'ai pagayé 25 km de Lucerne à Brunnen. Sur le premier tronçon, j'ai eu un peu de vent de côté. J'ai parcouru un tronçon de 6 km à l'abri du vent d'un voilier, c'était agréable. Je garde de bons souvenirs du lac des Quatre-Cantons.

À l'époque, en 2019, j'ai terminé deuxième de la course de 42 km à Buochs. Finalement, je suis arrivé à Brunnen et j'ai bien récupéré. Pendant le dîner, j'ai fantasmé sur un plan fou et ambitieux pour le lendemain : parcourir les 10 km entre Brunnen et Altdorf ; prendre le train pour Thoune et traverser le lac de Thoune et pourquoi pas... essayer de traverser le lac de Brienz pour en finir. L'idée était là, mais je me disais qu'au final, ce ne serait pas possible.

Je me suis réveillé très tôt le matin et je suis parti en pagayant en direction d'Altdorf. Le lac était lisse comme un miroir et de couleur turquoise. Magnifique ! Lorsque je suis arrivée à Altdorf, j'ai eu un peu de mal à trouver une sortie vers le lac. La semaine précédente, il y avait eu beaucoup d'inondations et le lac était fermé. D'une manière ou d'une autre, j'ai quitté le lac et j'ai tout emballé. J'ai couru à la gare avec ma reacha, j'ai acheté de la nourriture et des boissons et j'ai pris le train suivant, qui est arrivé cinq minutes plus tard !

J'ai commencé un long voyage d'Altdorf à Thoune, avec des changements à Zurich et à Berne ! Près de 200 km en train et 3 heures plus tard, j'arrivais à Thoune. J'ai décidé de partir de là, car les prévisions de vent indiquaient que le vent me pousserait en direction d'Interlaken. J'ai acheté de la nourriture et j'ai marché de la gare au lac. Deuxième board pumping de la journée ! J'ai pagayé les 16 km suivants contre le vent et j'ai surfé avec mes 25 kilos. Je suis arrivé à Interlaken West, où j'ai réservé mon hôtel directement sur la plage. Il était 16 heures et j'ai découvert qu'un bus allait partir pour Interlaken dans 15 minutes.

Fahrradanhänger in Bus und Bahn

Les différents moyens de transport, toujours accompagnés de la remorque pour vélo reacha

J'ai dégonflé la planche, mis mon équipement sur la reacha et me suis précipité à la gare routière. Au bout de 15 minutes, j'étais en route pour Interlaken Ost afin de tenter la traversée du lac de Brienz. Mon idée folle avait fonctionné ! Je suis descendu à Ringgenberg et suis descendu jusqu'au lac. Troisième inflation de bord de la journée ! Il me restait 12 km à parcourir jusqu'à Brienz. J'avais globalement de bonnes conditions, avec un peu de vent de face. Je suis arrivé à Brienz à 19 heures. Je me suis à nouveau dégonflé, j'ai remballé mon équipement et je me suis précipité au restaurant pour prendre un grand repas ! Mais la journée n'était pas encore terminée. Après le dîner, je me suis rendu à la gare de Brienz et j'ai pris un train pour retourner à Interlaken Ost. De là, encore 5 km à pied jusqu'à mon hôtel à Interlaken West.

"Merci reacha pour ça ! C'était la pleine lune, et même si c'était une journée de folie, j'étais pleine d'énergie. Je suis arrivée à l'hôtel à 23 heures, après avoir parcouru environ 250 km en train et en bus, et 38 km dans trois lacs différents".

5e jour : Lac Léman - De Montreux à Morges.

Après cette folle journée, j'aurais dû me rendre au lac de Neuchâtel, mais il était fermé à cause des inondations. J'ai donc pris le train d'Interlaken à Montreux. Le GRAND lac de cette randonnée m'attendait à la fin. J'étais un peu inquiet quant aux dimensions de ce lac. J'ai vécu 2 ans à Genève et quand on longe la côte, on se rend compte de la taille de ce lac. Après 3 heures de train (150 km) et 2 changements (Berne et Lausanne), je suis arrivé à Montreux.

Je me suis précipité vers le lac, j'ai gonflé la planche, plié la reacha et j'ai commencé à pagayer en direction de Lausanne. Après 30 minutes, j'étais au milieu du lac. Quelle expérience ! Il faisait extrêmement chaud et c'était calme. J'étais presque seul, car les voiliers étaient amarrés dans le port. Mon téléphone était éteint à cause de la chaleur ! Je suis passé devant Lausanne et j'ai commencé à voir Morges. Je me suis assis au tableau, j'ai réservé mon hôtel et je suis arrivé à 17 heures, après avoir pagayé 33 km. C'était une journée très fatigante. Ma routine de pagayage consistait à maintenir un rythme d'au moins 6 km/h. Je n'avais pas le choix. Finalement, après des jours à tirer 25 kg, je me sentais bien. J'ai bu de l'eau ou un liquide à chaque kilomètre (presque toutes les 8 minutes) pour être toujours hydraté. Je mangeais tous les 10 km.

6e jour, dernier jour

Je dois avouer que j'étais un peu inquiet avant ce dernier jour : J'avais fait beaucoup d'efforts les jours précédents, j'avais 42 km à parcourir et les prévisions météorologiques s'annonçaient mauvaises (averses et vent). En allant de l'hôtel au club de voile, j'ai vu des drapeaux qui pointaient en direction de Genève. Je me suis dit que c'était bon signe. J'ai gonflé la planche et je me suis préparé. J'ai commencé à pagayer et au bout de 5 minutes, j'ai réalisé que ce n'était pas le vent arrière que j'allais avoir, mais le vent latéral qui me poussait vers la côte suisse.

J'ai pagayé 12 km non-stop presque avec un seul bras. Mes mains ont commencé à me faire mal et j'ai dû me taper les doigts. J'ai continué à pagayer et une courte averse s'est produite. Lorsque le vent s'est un peu calmé, je me suis assis sur la planche pour manger. Mais deux minutes plus tard, le vent des Alpes françaises s'est remis à souffler, si bien que j'ai dû pagayer à nouveau pour éviter de me diriger vers la côte suisse plutôt que parallèlement à la côte française. Après 22 kilomètres, j'ai vu le jet d'eau ! Genève était là, encore 20 kilomètres devant moi. J'ai dû mettre plus de ruban adhésif sur mes doigts. Alors que j'approchais de Genève, il y avait beaucoup de bateaux à moteur sur l'eau. Beaucoup de vagues et de vent m'ont accompagné jusqu'au bout. J'ai vu le virage tropical 1 km devant moi et je me suis dit, oui, c'est fait ! Je suis arrivé à Genève, accompli. J'ai dégonflé ma planche une dernière fois, j'ai monté ma reacha, j'ai tout emballé et j'ai rejoint le centre-ville de Genève à pied pour fêter ça avec un super hôtel et un dîner !

Il est clair que pour ce genre d'aventure, il faut beaucoup d'entraînement. Je pagaie généralement entre 2000 et 2500 km par an. Mis à part cela, le choix du meilleur équipement possible est crucial pour mener à bien des expéditions compliquées d'un point de vue logistique. Merci reacha d'avoir lancé cette aventure !

Search